La découverte a lieu à Saint Barthélemy. Je vous livre quelques détails sur le récent rapport de chercheur concernant ce sujet animal.

Les informations à retenir

Après quatre ans de recherche, une équipe du Centre National de la recherche scientifique ou CNRS ainsi que les universités de Montpellier et des Antilles ont fourni leurs conclusions. Onze ans plus tôt, un grand rongeur est révélé aux scientifiques.

Dès lors, la question est simple. Il faut déterminer pour quelle raison une espèce issue d’Amérique du Sud a abouti dans les îles du Nord des Antilles.

Le parcours du rongeur géant

A l’époque, une sorte de chemin a rattaché les Caraïbes et le continent américain. Actuellement, ce passage est noyé sous les eaux.

Néanmoins, il a autorisé le passage de plusieurs espèces dans l’archipel. C’est surement le cheminement emprunté par l’Amblyrhiza.

Ce rongeur géant est similaire à un chinchilla. Il possède des dents aussi grandes qu’un avant-bras humain.

L’étude porte sur de nombreux points

L’étude sert de lien à plusieurs secteurs à travers la géologie, la biologie ainsi que la paléontologie. Hormis l’étude géologique du terrain, la biologie est présente à travers des recherches sur un fossile, une faune séculaire.

Les résultats de l’étude sont intéressants pour les doctorants qui sont en préparation de leur thèse au niveau du campus de Fouillole. Cette recherche ouvre la voie à l’étude de la faune du passé à la Martinique, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et l’île de Grenade.

De plus, cette découverte est l’occasion d’attirer des touristes qui vont venir dans l’archipel pour admirer les fossiles lorsqu’ils feront l’objet d’une exposition.

Les découvertes originelles

Située en face de la plage de la Saline, l’îlet Coco a permis une découverte incroyable. Il s’agit d’un rongeur endémique du banc d’Anguilla.

Ce cousin lointain du chinchilla est un mammifère nommé Amblyrhiza. Son poids avoisine les 200 kilos.

La première découverte date de 2010 sur l’île de Saint-Barthélemy. Au départ, un homme aperçoit des fragments d’os et des dents encastrés dans la roche.

Des chercheurs viennent effectuer les premières constatations.

Les équipements sollicités

Les scientifiques font appel à un spectomètre gamma. Cet appareil similaire à un micro permet de capter les éléments radioactifs des sols pour définir l’époque.

Il s’agit d’une datation via l’étude des dents. De plus, cette technique permet d’en apprendre davantage sur le régime alimentaire du rongeur géant.

Ce rongeur insulaire est endémique des Petites Antilles. La côte sauvage de l’île abrite un joyau de la paléontologie à travers l’Amblyrhiza.

Retrouvez d’autres sujets ici

Crédit Photo : journaldesaintbarth.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.